Liberia: More women in ritualistic killings in Sinoe County

As I continue to say, both on this site and on my website Liberia Past and Present, the phenomenon of ritual killings has never completely disappeared in Liberia. Originally a cultural practice, nowadays it is closely linked to politics, elections and the greed for (more) wealth and power.  At this particular moment in time it is not known what the background and linkages are of the ritualistic killings in Sinoe County disclosed here by County Attorney Cllr. J. Adolphus Karnuah. As soon as we learn more about these cases we will come back with the relevant news. (FVDK)

For more details on Liberia’s history of ritual murders, see Ritual Killings in Liberia: From Cultural Phenomenon to Political Instrument

Flashback: Scene of the most famous ritualistic killing ever in Liberian history that occurred in Maryland County in the 1970s

Published: January 25, 2019
By: The New Dawn

County Attorney for Sinoe Cllr. J. Adolphus Karnuah has disclosed that more women have been caught for ritualistic killings in Sinoe County, southeast Liberia.

Speaking to a team of journalists at the Temple of Justice on Thursday, 24 January, Cllr. Karnuah disclosed that cases of ritualistic killings have topped the docket.

He narrates that six out of 20 women were arrested by police officers, charged and placed behind bars for the alleged crime of ritualistic killings.

Cllr. Karnuah tells the interview that during the police raid, the key perpetrator was arrested, but she was very boastful in her utterances, noting that the matter would end up nowhere.

According to Cllr. Karnuah, the issue of ritualistic killing is said to be taking place in January this year in the district of Numorpor which has its own superintendent and other county officials.

According to him, one of the ritualistic killing incidents took place when the mother of a little boy left him on the farm to go out to fetch some pepper, bitter balls and other food substances for cooking.

He says upon the lady’s arrival, she realized that her son was missing.

Cllr. Karnuah explains that after days of searching without a trace of the missing boy, his father decided to use the help of a herbalist.

The lawyer says upon the father’s return, his wife was said to be part of the crime.

The county attorney says the mother made confession that she was part of the devilish club and it was now time for her to give her own son as a share of her sacrifice.
But he says the lady escaped along with three other women who also confessed to be witchcrafts.

He notes that while the women were in the bush, they were pursued by some men in the community who caught and stripped them naked and gang raped them until one of the ladies identified as Wallet Nyenweh was allegedly killed in the process.

The lawyer narrates that during the trial, he ordered the body of the dead woman exhumed in other to prove the alleged gang rape which was said to have caused her death.

Source: 
https://thenewdawnliberia.com/more-women-in-ritualistic-killings-in-sinoe/

Gabon: youngster victim of ritual sacrifice in Koula-Moutou

The year 2018 ended badly for a 10-year old boy in Ogooué-Lolo province in Gabon. Ravel Dinga was reported missing at Christmas. His parents had been desperately looking for him. On January 3, 2019 a man who was collecting fruits in the woods nearby Ravel’s home-town Koula-Moutou found his dead body, mutilated.  The perpetrators of this horrible act had left the body of Ravel in a shallow pool of water in an attempt to make the murder look like a drowning.  When the victim was found, his ears, eyes, tongue and penis were missing. 
(…..)

The original article, in French, contains many more details which I have left out here. I also omitted a very graphic picture of the deceased. Readers are hereby warned that the original article – following the link (‘Source) below – does contain this gruesome picture.  
(webmaster FVDK)

Gabon: un adolescent sacrifié à Koula-Moutou

Published: January 4, 2019
By: Matin d’Afrique / Jonas Moulenda

Vision d’horreur jeudi dans une forêt près du chef-lieu de la province de l’Ogooué-Lolo (sud-est du Gabon). Le corps d’un garçon de 10 ans y a été retrouvé par un homme qui se rendait en brousse pour y chercher des fruits.

The small boy Ravel Dinga had disappeared at Christmas Day 2018 from his home in Koula-Moutou

Le petit Raven Diba, 10 ans, était recherché par ses parents depuis plus d’une semaine. Il avait disparu du domicile familial à Koula-Moutou en fête de Noël. Son corps a été retrouvé dans une forêt environnante jeudi par un homme qui se rendait dans en brousse pour y chercher des fruits.

L’auteur de l’effroyable découverte a aussitôt rebroussé chemin pour aller alerter les autorités judiciaires. Dès la première alerte, l’antenne provinciale de la Police judiciaire (PJ) et la brigade de gendarmerie se sont transportées sur les lieux. Les agents n’ont fait que constater la présence macabre.

Le corps était en décubitus ventral, trempé dans une flaque d’eau non profonde. Lorsque le macchabée a été repêché, les enquêteurs ont découvert des signes de mutilation. Selon une source proche de l’enquête, l’adolescent aurait été délesté de certaines parties corporelles, à savoir les oreilles, la langue, les yeux, le sexe, etc.

Le corps de l’adolescent a été jeté dans une flaque d’eau pour simuler une noyade (la photo du corps a été jugée trop terrible pour inclure ici, mais  – AVERTISSEMENT – elle se trouve dans l’article original – FVDK).

Vraisemblablement, il a été supplicié lors d’un rituel satanique. D’après une source médicale, le corps présentait de traces de violence jusqu’à la partie anale. Ce qui crédibilise la thèse d’un viol satanique, avant sa douloureuse mise à mort par ses bourreaux.

A en croire nos sources, la découverte du corps du petit Raven Diba a été précédée d’intenses recherches menées par ses parents et les autorités judiciaires locales. Tous les espaces avaient été ratissés, fors le bois théâtre de la macabre découverte. Mais les enquêteurs se perdaient sur les traces du petit garçon.

Les assassinats avec prélèvement d’organes sont souvent commandités par des cadres du coin 

Devant ce qui apparaissait comme un mystère, a rapporté une source, la famille du petit Diba a mis à contribution des voyants qui font la réputation de la région. Ces sommités spirituelles avaient révélé que l’enfant était gardé en captivité dans une maison d’un riverain, en attendant sa mise à mort programmée.

A la suite de ces révélations, les proches du disparu ont proposé la fouille de toutes les maisons environnantes. Mais un auxiliaire de l’administration, visiblement gêné aux entournures, s’y est farouchement opposé. « Le chef du quartier s’est curieusement opposé à cette option. Or, on pouvait sauver cet enfant si on avait fouillé toutes les maisons du quartier », a déploré une source proche du dossier.

C’est probablement après le scabreux sacrifice humain que le corps de la victime a été jeté dans une flaque d’eau située dans une forêt environnante pour simuler une mort accidentelle. Mais cette thèse ne semble pas convaincre la famille de l’adolescent et les enquêteurs, le cours d’eau théâtre de la macabre découverte n’étant pas profond. Il s’agit manifestement d’un sac d’embrouilles.

Koula-Moutou et d’autres localités de l’Ogooué-Lolo sont des terreaux des assassinats avec prélèvement d’organes, pompeusement appelés crimes rituels. Les cadres de la localité, en quête de promotion politique ou de maintien à des postes juteux, passent souvent des commandes d’organes depuis leurs bureaux feutrés. Malgré les dénonciations faites par des lampistes, les commanditaires de ces crimes effroyables ne sont jamais inquiétés par la justice.

Source: Gabon: un adolescent sacrifié à Koula-Moutou

Koulamoutou (or Koula-Moutou) is the capital of Ogooué-Lolo Province in central Gabon, with a population of around 16,000 people.

Ritual murder of Bouba in Ivory Coast: “Witch doctors should be hunted”

Also in Ivory Coast witch doctors (locally called ‘marabouts’ and ‘féticheurs’) are held responsible for ritual killings committed in this country. The article reproduced below focuses on the case of a 4-year old boy named Bouba who disappeared, had his throat sliced and was found back buried. In the article, the author André Silvar Konan also mentions the wave of kidnappings of small children that terrified the population of this francophone West African country in 2015. André Silvar Konan criticizes the local authorities, accuses them of complicity, and demands justice: those who are responsible should be traced, arrested, tried and spend the rest of their lives behind bars. He points at corruption and illegal enrichment as driving forces behind these ritual killings and pleads for another, more healthy, state of mind – not only in Ivory Coast, but in the whole of Africa.

The original article also contains 20-plus interesting comments published on Facebook.
(webmaster FVDK)

Crime sur le petit Bouba en Côte-d’Ivoire: « Les marabouts et féticheurs des brouteurs ne doivent plus connaître de repos »

Translation (mine – FVDK – free translation):
“Witch doctors of predators should be hunted”

Published: February 28, 2018
By: André Silver Konan

“Missing” (left); “The suspect” (right)

Après le crime sur le petit Bouba à Williamsville (Abidjan), André Silver Konan exige que les marabouts et féticheurs des brouteurs soient traqués, arrêtés, jugés et condamnés à vie. Ci-dessous sa position.
Personnellement, j’ai un problème avec la manière dont le ministère public mène les enquêtes en Côte d’Ivoire chaque fois qu’un criminel rituel est mis aux arrêts. Dans l’affaire Bouba, on a une unique occasion de démanteler un vrai réseau criminel qui a choisi comme cible, nos enfants.

Pour mettre fin à ce genre de crimes rituels, opérés par de stupides gens qui pensent encore au 21è siècle, qu’ils peuvent devenir riches, en volant la vie d’un homme ; la justice doit amener les personnes arrêtées, à citer, non seulement leurs complices et commanditaires, mais surtout leurs marabouts et autres féticheurs.

On ne pense pas souvent à ces derniers, mais ils sont l’alpha et l’oméga de tous ces crimes. Les marabouts et autres féticheurs sont les premiers criminels dans ces affaires, il faut les arrêter parce qu’ils sont soit des complices soit des commanditaires de ces meurtres. Tant que ces derniers ne seront pas inquiétés, harcelés, arrêtés, emprisonnés à vie (je milite pour la prison à vie de ces gens-là), ce phénomène ignoble va continuer.

Heading (translated): Case of 4-year old child kidnapped, sacrificed and buried: “Suspect mentions ‘big shot’ – Accomplice arrested” (Source: Soir info, Wednesday, February 28, 2018 – Ivory Coast / Côte d’Ivoire).

Je répète : les marabouts et féticheurs de ces brouteurs stupides ne doivent plus connaître de repos. J’avais proposé en 2015, après la vague historique d’enlèvements d’enfants dans le pays, qu’un procureur spécial et une brigade spéciale soient nommés, pour lutter contre les atteintes aux droits de nos enfants. Je réitère cette proposition, elle reste d’actualité.

J’avais déjà dit que la corruption était un état d’esprit en Afrique. Je soutiens aussi que l’enrichissement illicite est un état d’esprit. Nous vivons tous dans des quartiers avec des brouteurs, qui deviennent riches du jour au lendemain, alors que nous savons pertinemment qu’ils ont, au pire usé de sacrifices rituels criminels pour devenir ce qu’ils sont, au mieux de vols et de détournements de fonds d’autrui, pour être ce qu’ils sont.
Mais qui d’entre-nous songe à les dénoncer ? Qui au sein de la justice, songe à traquer véritablement les brouteurs, si ce ne sont de petites actions médiatiques ? Quel DJ n’est pas fier de chanter les louanges d’un brouteur et n’est pas heureux de recevoir son argent dégoulinant du sang de nos enfants ?

Regardons autour de nous, les gens sont nommés et trois mois plus tard, ils roulent carrosses et construisent immeubles. Mais n’est-ce pas eux que nous prenons comme modèles dans nos quartiers, que nous désignons comme respectables dans nos villages, que nous choisissons à des postes électifs ?

Nous avons une Inspection générale d’Etat, une haute autorité pour la bonne gouvernance, des Agents judiciaires du Trésor, des Inspecteurs et contrôleurs financiers dans tous les ministères, mais combien de personnes ont déjà été arrêtées, jugées et condamnées pour enrichissement illicite, détournements de fonds publics ?

Les crimes rituels en rapport avec l’enrichissement rapide et illicite continueront tant que les autorités elles-mêmes qui sont censées faire respecter les textes sur l’enrichissement illicite continueront de se comporter comme des brouteurs. Y en a marre !

André Silver Konan

Source: Crime sur le petit Bouba en Côte-d’Ivoire: « Les marabouts et féticheurs des brouteurs ne doivent plus connaître de repos »
February 28, 2018
Le 28 février, 2018

Related article:

Insécurité : Des artistes se révoltent après l’assassinat du petit Bouba
Translation (mine – FVDK – free translation)
Artists enraged after the murder of young Bouba

Published: March 1, 2018
By Philomène Yaï (Stg) – linfodrome

4-year old Aboubcar Sidick nicknamed Bouba was murdered. Marabouts and/or féticheurs had been involved (witchdoctors). Bouba had disappeared and was found back dead, buried. His murderers had his throat sliced, apparently for ritual purposes.

Artists in Côte d’Ivoire  have reacted on the brutal killing of the young child Aboubcar Sidick nicknamed Bouba. His murder was a trending topic on social media and had a tremendous impact on the showbiz community in Ivory Coast.

Read the following article (in French):

Des artistes ivoiriens ont réagi après l’assassinat du petit Aboubacar Sidick dit Bouba. L’affaire, qui a affolé les réseaux sociaux depuis quelques jours, a touché les acteurs du showbiz ivoirien.

Les artistes n’ont pas voulu rester en marge de ce drame qui a affecté la Côte d’Ivoire. Chacun a, à son niveau, posé des actes pour exprimer sa srevolte et temoigner sa solidarité.

Debordo Leekunfai a effectué le déplacement pour aller soutenir la famille meurtrie résidant à Williamsville.

Bien avant son déplacement, l’artiste a traduit ses sentiments de tristesses sur les réseaux sociaux. « J’ai le cœur qui saigne ! Un cœur en larme ! Pourquoi enlever un sourire à un enfant qui n’a rien demandé à part vivre ! Je dis NON à tous ces actes d’enlèvement ! Que cela cesse ! Chers parents, protégeons nos enfants, car ils sont la relève de ce pays ! Que ton âme repose en paix petit ange! », a exprimé le chef du robbot macador.

”Opah La Nation” ne s’est pas arrêté là. Il a ajouté que le Showtime qu’il prépare en ce moment, qui est prévu le 31 mars 2018, au Palais de la culture d’Abidjan, est dédié à ce petit Bouba.

A côté de Debordo Leekunfa, Mc One, le filleul de Kédjevara Dj, a lui aussi eu une pensée pour le petit Bouba. Avec des paroles poignantes dans un single, Mc One a rendu hommage à Aboubacar Sidick. « Petit Bouba fait la fierté de son père et sa mère, vit le jour au jour mais ne sait pas que la vie est très amère, que pout peut changer d’une minute à l’autre. La vie est un choix mais dans certains cas la vie choisit pour nous même (…), prenons conscience et posons de bons actes pour assurer notre atterrissage parce que la vie est un vol et la mort est un crash. Bouba, Petit Bouba, je sais que de là où tu es, tout va bien …», a écrit Mc One dans son texte en hommage au petit Bouba d’un crime rituel d’un bijoutier.

Source: Insécurité : Des artistes se révoltent après l’assassinat du petit Bouba
Le 1 mars, 2018
March 1, 2018